Pathologies

Pathologies anévrismales


Anévrismes de l’aorte

L’aorte est une artère de gros diamètre (variant de 18 à 25 mm le plus souvent). Elle part du cœur et descend au travers du thorax jusqu’à l’abdomen où elle irrigue les organes digestifs et les reins. À sa terminaison, elle se sépare en deux pour former les artères iliaques qui irriguent les jambes. Elle est divisée en deux segments, l’aorte thoracique et l’aorte abdominale.

Avec le temps, la paroi de l’aorte peut se fragiliser et se dilater formant ainsi un anévrisme. À partir d’un certain diamètre, la paroi anévrismale devient fragile et elle risque de se rompre sous l’effet de la pression artérielle.

SYMPTÔMES

La plupart des anévrismes de l’aorte abdominale ne provoquent pas de symptômes jusqu’au moment de la rupture. Ils sont principalement diagnostiqués de manière fortuite lors d’examens médicaux réalisés pour d’autres pathologies. Parfois, une masse battante peut être palpée au niveau de l’abdomen si l’anévrisme est volumineux et/ou le patient maigre.

Le symptôme le plus courant est la douleur abdominale ou dorsale. Elle témoigne de la rupture ou de la fissuration de l’anévrisme. Le patient doit être opéré en extrême urgence afin de stopper ou prévenir l’hémorragie. L’anévrisme peut aussi parfois libérer des débris de caillots qui vont alors occlure les artères au niveau des jambes. Plus rarement, il peut comprimer les structures adjacentes telles que l’intestin, les voies urinaires ou les veines iliaques et cave. 


DIAGNOSTIC

Le premier examen à effectuer pour diagnostiquer un anévrisme de l’aorte abdominale est une échographie de l’abdomen (examen écho-Doppler). Si l’anévrisme est confirmé et une intervention envisagée, un scanner abdominal est effectué pour voir plus précisément l’anatomie de l’anévrisme. 

De plus, un bilan préopératoire est réalisé pour évaluer la fonction cardiaque, la fonction pulmonaire et rechercher d’éventuels anévrismes associés, particulièrement au niveau des artères poplitées (artères au niveau des genoux) ; ceux-ci étant présents dans 25% des cas.

DÉPISTAGE

Une échographie abdominale de dépistage est recommandée chez tous les hommes fumeurs de plus de 65 ans ayant un parent de premier degré connu pour un anévrisme de l’aorte abdominale. 


TRAITEMENTS

Tous les anévrismes symptomatiques doivent être opérés.

 Les anévrismes asymptomatiques présentant un diamètre de plus de 50mm ou une croissance du diamètre de plus de 1cm par année doivent être opérés. Les études ont montré qu’à partir de ces diamètres, les risques d’une intervention étaient moins grands que les risques liés à une rupture en cas de traitement conservateur.

Lorsque le diamètre de l’anévrisme ne justifie pas une intervention, celui-ci est suivi par des échographies ou par scanners répétés pour s’assurer qu’il n’augmente pas de taille.


ANÉVRISMES ILIAQUES

Ils appartiennent souvent à une maladie polyanévrismale c’est-à-dire touchant plusieurs artères à la fois (aorte, artères iliaques primitives, artères iliaques externes, artères iliaques internes).

DIAGNOSTIC

Un anévrisme se définit comme un élargissement > à 2 fois le diamètre habituel de l’artère atteinte. Une prise en charge chirurgicale est nécessaire pour un anévrisme iliaque lorsque le diamètre mesure est supérieur à 30 mm. La plupart du temps, cet anévrisme est découvert au cours d’un examen d’imagerie : échographie, échodoppler, scanner.

La complication la plus fréquente est la rupture (source d’hémorragie pouvant entrainer le décès)

Anevrisme

TRAITEMENTS

Une chirurgie réglée avant la survenue de complications est l'attitude raisonnable.Il existe différents traitements :

  • Le traitement par endoprothèse artérielle (stent couvert). Technique non invasive. Elle permet dans certains cas d’exclure l’anévrisme de la circulation sanguine par l’implantation d’un stent couvert ou de l’occlure complètement.
  • Le traitement chirurgical. L’intervention consiste le plus souvent à exclure l’anévrisme de la circulation et à faire un pontage avec du matériel prothétique.

Quel que soit le traitement, il est nécessaire de vérifier la présence ou non d’autres anévrismes, qui peuvent influencer sur le choix de la technique.


ANÉVRISMES DES MEMBRES INFÉRIEURS

L'anévrisme poplité (genou) est le plus fréquent des anévrismes des membres inférieurs. L’athérosclérose en est la principale cause.

L’artère poplitée est l’artère qui fait suite à l’artère fémorale, elle est située derrière le genou. Elle se divise en trois artères pour la vascularisation de la jambe (artère tibiale antérieure, tibiale postérieure et fibulaire ou péronière).

DIAGNOSTIC

Il peut-être découvert lors de l'examen clinique : masse battante palpable au niveau du creux poplité (= en arrière du genou). Cet anévrisme est très souvent associé à un anévrisme de l'aorte abdominale et il est également fréquemment bilatéral. Il faut donc le rechercher derrière les deux jambes. Son bilan se fait par une échographie-doppler puis un angioscanner. La complication la plus fréquente est la thrombose complète (artère bouchée) entrainant une ischémie aiguë (source d'amputation de jambe).

TRAITEMENTS

Une chirurgie réglée avant la survenue de complications (comme l’ischémie aigüe) est l'attitude raisonnable. Elle est à proposer lorsque l’anévrisme atteint 20 mm de diamètre en échodoppler et repose sur différentes techniques:

  • Chirurgicale : qui reste le traitement de référence. L’intervention consiste le plus souvent à exclure l’anévrisme de la circulation et à réaliser un pontage (dont le but est de court-circuiter le segment d’artère pathologique soit par une veine soit par une prothèse), soit à resequer l'anévrisme et le remplacer par un pontage veineux ou protétique
  • Endovasculaire (technique non invasive) : Elle permet dans certains cas d’exclure l’anévrisme de la circulation sanguine par l’implantation d’un stent couvert.

Quel que soit le traitement, il est nécessaire de vérifier la présence ou non d’un anévrisme poplité controlatéral, mais également aortique.