Pathologies

Varices des membres inférieurs


DÉFINITION

C’est l’incompétence du réseau veineux superficiel par une altération de la paroi et des valvules de la veine. Une varice est donc une dilatation permanente d’une veine superficielle.C’est un état pathologique. Selon la Haute Autorité de la Santé (HAS), cette maladie des veines touche 70% de la population adulte et 30% d’entre eux nécessiteront un traitement médical ou chirurgical. La maladie variqueuse touche essentiellement la femme (40%) pour 20% d’hommes.

Varices

HISTOIRE DE LA MALADIE

Le rôle des veines des membres inférieurs est de remonter le sang des pieds vers le cœur. Le réseau veineux est constitué de veines superficielles (qui cheminent sous la peau) et de veines profondes. Elles sont pourvues de nombreuses valvules qui agissent comme des clapets anti retour obligeant le sang à circuler en direction du cœur. Les communications veineuses entre le réseau veineux superficiel et profond sont aussi valvulées obligeant le sang à circuler du réseau superficiel vers le réseau profond. Lorsque certains mécanismes ou éléments du système veineux se détériorent on peut voir apparaître un reflux de sang du réseau profond vers le réseau superficiel par un ou plusieurs point(s) de fuite(s). Sous l’effet de ce reflux vont apparaître des varices qui sont des veines du réseau superficiel dilatées et tortueuses plus ou moins saillantes. Les parois peuvent aussi se détériorer au point de devenir semi-perméables. Elles laissent alors s’échapper des liquides sanguins dans les tissus avoisinants, ce qui provoque un œdème des jambes ou des chevilles, par exemple.

FACTEURS DE RISQUE

  • Le travail en station debout prolongée, station assise prolongée et le port de charges lourdes sont des facteurs favorisants.
  • La sédentarité réduit la masse musculaire nécessaire au bon fonctionnement du retour veineux.
  • L’hérédité, ainsi que l’âge le sexe et l’obésité, la grossesse.

SYMPTÔMES ET CLINIQUE

Ils sont nombreux et non spécifiques : la douleur, la lourdeur, le prurit (sensation de grattage), les crampes nocturnes, les impatiences et l’oedème : soit de manière spontanée soit au toucher. Les varices sont souvent visibles, parfois bleutées. Elle peuvent être palpables ou non. Il peut exister une dermite ocre (couleur marron sur les malléoles).

L’évolution naturelle des varices se fait vers l’augmentation de leur taille et de leur nombre. Les varices sont classées selon leur taille :

  • télangiectasies : moins de 1 mm de diamètre elle correspond au reflux d’une petite veinule isolée ou en nappe.
  • les varices réticulaires : moins de 3 mm de diamètre
  • les varices tronculaires : de plus de 3 mm de diamètre. Elle se développe au dépends du tronc des saphènes (grande veine saphène et petite veine saphène, saphène accessoire)
  • varices des veines perforantes, de la veine sciatique persistante

EXAMEN COMPLÉMENTAIRE

L’écho-doppler est l’examen de référence pour faire le bilan de la maladie veineuse.Pour chaque patient il est nécessaire de réaliser une exploration du réseau veineux profond des membres inférieurs (à la recherche de phlébite) et de la cavité abdominale (recherche de varices pelviennes, d’un syndrome de COCKETT) et du réseau veineux superficiel (cartographie des points de fuite et des veines atteintes). Cet examen est à réaliser debout.

COMPLICATIONS

Il peut se former un caillot (thrombose) dans une veine superficielle on parle alors de paraphlébite ou profonde on parle alors de phlébite justifiant un avis médical en urgence. Les autres complications touchent la peau :

  • Eczéma
  • Pigmentation cutanée. La rupture de petits vaisseaux sanguins fait en sorte que du sang s’échappe et envahit les tissus voisins. Le sang ainsi libéré donne à des zones de la peau une couleur variant du jaune au brun, d’où son appellation : dermite ocre ou dermite de stase.
  • Des ulcères. Des ulcères peuvent se former sur la peau, le plus souvent près des chevilles. La peau prend auparavant une coloration brunâtre. Consulter un médecin sans tarder.

TRAITEMENTS

Le traitement médical est toujours indiqué et parfois suffisant pour des varices peu importantes.

  1. L’hygiène de vie. Il est recommandé :
    • De pratiquer une activité physique régulière, (marche, vélo, natation, aquagym) en évitant les sports de ballon, le tennis et les efforts violents.
    • D’adopter un régime alimentaire équilibré et riche en fibres pour lutter contre un surpoids éviter une constipation.
    • D'éviter la chaleur sous toutes ses formes (soleil, bain chaud, sauna, hammam).
    • De limiter la station debout prolongée, le piétinement, la position jambes croisées l’une sur l’autre
    • De ne pas porter des vêtements trop serrés (jambes, ceinture), de privilégier le port de petit talon (2 à 3 cm)
  2. La compression élastique ou bas à varices Les chaussettes, bas ou collants de compression élastique servent autant à soulager les symptômes liés aux varices existantes qu’à prévenir l’apparition de nouvelles varices. Ils exercent une pression active sur les veines superficielles. La pression est plus forte à la cheville que vers la cuisse, ce qui facilite le retour veineux. Ils préviennent aussi les ulcères variqueux. Cependant, comme ils ne guérissent pas les varices, dès qu’on cesse de les porter, les veines touchées restent dilatées, ce qui ramène l’inconfort initial. Pour améliorer le confort de ces bas, il vaut mieux les mettre le matin avant de se lever. En les enfilant en position couchée, on évite qu’une quantité de sang descende et stagne, du moins en partie, dans les jambes. Idéalement, ils doivent être portés toute la journée.
  3. Les médicaments veinotoniques Il s’agit d’un traitement d’appoint dont l’efficacité est relative.
  4. Le traitement chirurgical : radiofréquence, laser, sclérose, stripping, phlébectomies, cryothérapie. Chaque technique est détaillée séparément dans le paragraphe interventions veineuse