Pathologies

Syndrôme de Cockett et Nutcraker syndrom


Ces deux syndromes font partie des syndromes de compressions vasculaires ou pièges vasculaires ils ont de commun qu’il s’agit d’une compression veineuse dans les deux cas et que certaines conséquences sont communes (varices pelviennes en particulier - voir section dédiée).

Le syndrome de Cockett (ou syndrome de May-Thurner) résulte d’une compression de la veine iliaque commune gauche par l’artère iliaque primitive droite contre le plan vertébral. La veine iliaque gauche est donc aplatie par cette compression mais peut aussi avoir ses parois partiellement ou totalement soudées dans cette zone (synéchies).

Le nutcracker syndrom est lié à la compression de la veine rénale gauche. Cette dernière est le plus souvent pincée entre l’aorte et l’artère mésentérique supérieure mais parfois entre l’aorte et le plan vertébral lorsque la veine rénale a une variation dans son trajet. La conséquence est une dilatation de la veine utéro-ovarienne gauche avec l’apparition de varices pelviennes et un syndrome de congestion pelvienne (schéma 1 du premier dossier)

CONSÉQUENCES

Les conséquences sont principalement :

  • Une prédisposition à la survenue de phlébite du membre inférieur gauche (thrombose veineuse profonde de la racine de la cuisse)
  • Un œdème chronique intermittent du membre inférieur gauche (claudication veineuse) dans le cas du syndrôme de Cockett
  • La survenue de varices pelviennes avec un syndrome de congestion pelvienne et des varices atypiques ou récidivantes aux membres inférieurs (syndrôme de Cockett).
  • Douleur du flanc gauche avec plus ou moins hématurie : spécifique du syndrome du nutcracker.

DIAGNOSTIC

Le diagnostic doit être suspecté pour des symptômes veineux atypiques ou récidivants du membre inférieur gauche. L’échographie-doppler et le scanner confirmeront le diagnostic.

TRAITEMENTS

Le traitement du Syndrome de Cockett fait essentiellement appel à la dilatation de la veine avec un ballon et la pose d’un stent pour maintenir la veine bien ouverte lors d’une radiographie des veines (phlébographie). Un traitement anticoagulant est instauré pour traiter d’éventuelles phlébites.

Le traitement du Nutcracker syndrom est mal défini. Il existe plusieurs possibilités thérapeutiques dont les résultats sont inconstants sur le long terme (dilatation plus stent dans la veine renale gauche associée à l'embolisation des varices pelviennes, transposition de la veine rénale, réimplantation de la veine utero-ovarienne gauche, transposition de l’artère mésentérique supérieure).